Centre d'Histoire Judiciaire
UMR 8025 CNRS - Université Lille 2
Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales 1, Place Déliot
59000 - Lille - France
Tél. : +33 (0)3 20 90 74 43
Fax : +33 (0)3 20 90 74 43
Contact

Février 2013

LES EPISODIQUES
Regards croisés sur la prostitution
et la prostituée aux XIXe et XXe siècles

 

SOMMAIRE

 

PREFACE

Véronique Demars-Sion
Professeur émérite au CHJ

Dans le cadre de son Master 2 recherche Fondements historiques du droit et de la justice, Hélène Duffuler-Vialle a réalisé un excellent mémoire intitulé La prostitution tolérée à Dunkerque entre 1914 et 1940. A l’issue de ce premier travail, elle a émis le désir de poursuivre et d’élargir sa réflexion dans le cadre d’une thèse sur La prostitution dans le Nord dans l’entre-deux-guerres et, en septembre 2009, elle a obtenu un contrat doctoral. (...)

>> Lire l'article

 

REGARDS CROISES SUR LA PROSTITUTION ET LA PROSTITUEE
AUX XIXe et XXe SIECLES

Hélène Duffuler-Vialle
Doctorante au CHJ

La prostitution est un sujet délicat à traiter. Les récents débats autour de la pénalisation du client - où travailleur-se-s du sexe, abolitionnistes, clients et féministes se sont affrontés - illustrent le côté épidermique du sujet. Ces débats sont cycliques, passionnés parce qu'ils portent sur la nature de la prostitution : est-elle un métier, une activité délictuelle, une forme de violence faite aux femmes par la société patriarcale, bourgeoise et occidentale? La réponse à cette question détermine le choix entre des politiques prostitutionnelles radicalement différentes et irréconciliables (...)

>> Lire l'article

 

REGARDS PROFANES SUR LA PROSTITUTION
DURANT L'ENTRE-DEUX-GUERRES

Amélie Maugère
Docteur en science politique à L'université de Versailles

Les regards profanes qui seront mis en perspective dans cet article ont été portés à une époque où les termes du débat politique sur la prostitution avaient été déjà largement posés dans l'espace public suite à la médiatisation de trois types de scandales : les " bavures " de la police des mœurs, la traite des femmes et la prostitution des enfants.

Au XIXe siècle et jusqu'à l'avènement de la IVe République, la prostitution est une activité placée sous juridiction policière. Les prostituées des couches populaires étaient alors les cibles d'une politique dite " réglementariste " (...)

>> Lire l'article

 

LE MEDECIN ET LE JURISTE : "REGARDS DIVERGENTS" SUR LA REGLEMENTATION DE LA PROSTITUTION
EN FRANCE AUX XIXe et XXe SIECLES

Pascal Vielfaure
Maître de conférence à l'Université Montpellier I

Dans son Traité de législation civile et pénale, sous un paragraphe intitulé "faire en sorte qu'un désir donné se satisfasse sans préjudice", Bentham aborde la question de la prostitution par ce constat : "il est des pays où les lois la tolèrent. Il en est d'autres, comme l'Angleterre, où elle est sévèrement défendue. Mais quoique défendue, elle est aussi commune et aussi publiquement exercée qu'on peut l'imaginer, parce que le gouvernement n'ose pas sévir et que le public n'approuverait pas ce déploiement d'autorité". (...)

>> Lire l'article

 

LES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : ASPECTS MEDICAUX ET SOCIO-HISTORIQUES

Daniel Wallach
Maître de conférence en médecine à l'Université Paris 7

Le but de ce texte est de fournir à des juristes et historiens du droit des informations sur la dimension médicale des maladies vénériennes, ou maladies sexuellement transmissibles. Le terme de maladies vénériennes fait référence à la période allant de la fin du dix-neuvième siècle au début du vingtième siècle, époque de la construction sociale du péril vénérien, péril qui dépassait largement la réalité clinique des maladies elles-mêmes pour menacer l'ensemble de l'humanité. Ces considérations ont leur place dans ce colloque parce que la prostitution a été désignée comme principale responsable de ce péril. (...)

>> Lire l'article

 

CONCLUSIONS

Anne-Elisabeth Credeville
Conseillère à la première chambre civile de la Cour de cassation

La prostitution des XIXe et XXe siècles a oscillé entre l'abolitionnisme et la réglementation, de la nécessité au mal nécessaire, et si les juristes n'en ont pas beaucoup parlé, sauf pour commenter l'annulation de certaines décisions administratives, c'est que la loi a du mal à réguler ce qui existe en marge de l'ordre établi. Le regard sociologique posé sur le phénomène révèle que la population voyait avec beaucoup d'indulgence l'activité prostitutionnelle jusqu'à ce qu'elle s'étende et perde ses caractéristiques nationales. D'une prostitution quasi bon enfant on est en effet passé à la mondialisation (...)

>> Lire l'article