Centre d'Histoire Judiciaire
UMR 8025 CNRS - Université Lille 2
Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales 1, Place Déliot
59000 - Lille - France
Tél. : +33 (0)3 20 90 74 43
Fax : +33 (0)3 20 90 74 43
Contact

La recherche

« Justice et société » est le thème générique retenu pour la programmation scientifique de l’unité au cours de la période 2014-2018. Les recherches se structurent toujours autour de la problématique générale « Interroger l’articulation entre justice et société dans l’espace (Métropole, Outre-mer) et dans le temps (Ancien Régime, époque contemporaine) » et s’organisent autour de deux grands champs de recherche : Justice et société d’Ancien Régime d’une part, Justice et société(s) contemporaine(s) d’autre part.

Afin d’enrichir l’approche politique de l’histoire de la justice (justice et pouvoir, institutions judiciaires, procédure, statut des juges, codifications) qui a longtemps été au cœur des thématiques de recherche du laboratoire, il a été choisi d’élargir le champ de nos recherches aux interactions entre justice et société. Il s’agit de voir comment les institutions judiciaires sont mises à contribution pour imposer le modèle politique mais aussi social et économique défendu par le pouvoir à chaque époque et de vérifier dans quelle mesure la justice constitue un miroir de la société. Les travaux visent entre autres à observer si l’évolution de la justice, de l’Ancien Régime jusqu’au XXe siècle, n’est pas le fruit de la rencontre entre la volonté des régimes politiques successifs et les attentes des populations justiciables.

La structuration chronologique de la recherche se justifie principalement par les spécificités des sources mobilisées (sources archivistiques, sources iconographiques, entretiens…) et par leur lieu de conservation (Archives départementales du Nord à Lille, Archives nationales à Paris et Pierrefitte, Archives nationales d’Outre-mer à Aix-en-Provence, Archives nationales du Monde du travail à Roubaix) ainsi que par le contexte politique, économique et social propre à chacune des périodes. Cela n’empêche pas toutefois de renforcer les recherches thématiques (procédure civile et criminelle, modes de résolution des conflits, justice et commerce…) envisagées dans la longue durée, affranchies des barrières chronologiques et poursuivies dans une perspective comparée.