Centre d'Histoire Judiciaire
UMR 8025 CNRS - Université Lille 2
Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales 1, Place Déliot
59000 - Lille - France
Tél. : +33 (0)3 20 90 74 43
Fax : +33 (0)3 20 90 74 43
Contact

22/10/2012 10:21 10:21 Il y a : 7 année(s)
Catégorie(s) : Appels à communications

Appel à communication pour le Forum des Jeunes Historiens du Droit à Lille « (Wo)men in LegalHistory »

Appel à communication pour le Forum des Jeunes Historiens du Droit du 15 au 18 mai 2013 à Lille sur le thème «(Wo)men in LegalHistory»


Présentation du projet scientifique

« (Wo)men in LegalHistory »

 

Les doctorants et jeunes docteurs historiens du droit des Universités de Lille (France) et Ghent (Belgique), ont joint leurs forces pour l’organisation du prochain forum de l’ « Association of Young LegalHistorians » qui aura lieu du 15 au 18 mai à Lille (15 au 17) et à Ghent (17 et 18).

A première vue, nous semblons très différents, nous sommes divisés par la langue et la nationalité. Cependant, d’un point de vue historique, nous avons beaucoup plus en commun, nous avons été compatriotes dans le comté historique de Flandre pendant de nombreux siècles.

 

Le thème (Wo)men in LegalHistory se veut très large et permet d’aborder la question des femmes et des hommes en histoire du droit sous des angles scientifiques divers.

Par exemple, l’étude sur les femmes permet de rendre visible les femmes en tant qu’actrices de l’histoire et rétrospectivement fait un parallèle avec la place de l’homme dans l’histoire.

L’utilisation du concept de genre offre une lecture sexuée de la société. Devenu incontournable dans le champ des sciences sociales, le genre est une grille d’analyse qui permet d’appréhender le féminin et le masculin comme une construction sociale, fondée sur le sexe biologique. Comment cette approche, familière des sciences sociales et des pays de Common Law, est-elle un critère opératoire d’étude de l’histoire du droit issu des traditions romano-canoniques ?

Il ne s’agit pas de s’inscrire dans une idéologie militante, mais d’envisager de manière dépassionnée les diverses approches scientifiques de la question de la construction du féminin et du masculin.

L’intérêt pour l’historien du droit de se saisir de ces approches est certain : penser le droit comme instrument de subordination et/ou comme outil de changement social dans les rapports entre hommes et femmes permet d’enrichir les études sur l’évolution juridique des sociétés. Le droit dans une perspective évolutive et dynamique est-il un vecteur de réduction de la différence homme/femme ?

Penser la justice – tant du point de vue de ses acteurs que des décisions judiciaires – en s’interrogeant sur les rapports sociaux de sexe, permet également de renouveler les angles d’étude et les connaissances en ce domaine.

Les jeunes historiens du droit des Universités « flamandes » de Lille et Gand proposent ce thème (Wo)men in legalhistory, en invitant les candidats à présenter des contributions soit selon des approches classiques de l’histoire du droit, soit en se saisissant de grilles de lecture plus modernes pour la discipline et ceci afin de souligner le dynamisme des jeunes chercheurs qui se saisissent de concepts scientifiques et intellectuels divers.

Le sujet est volontairement large et peut permettre de proposer une communication à des chercheurs s’intéressant d’une manière ou d’une autre à la question des hommes ou/et des femmes, pensée de manière sexuée ou non, relativement à l’évolution du droit et de la justice.

Les organisateurs du forum retiendront également des contributions libres sans rapport direct avec le sujet si celles-ci présentent un caractère original ou un intérêt particulier pour la recherche en histoire du droit.

 

Plus d’informations sur l’ « Association of Young LegalHistorians » et sur les anciens forums sur www.aylh.org