Centre d'Histoire Judiciaire
UMR 8025 CNRS - Université de Lille
Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales 1, Place Déliot
59000 - Lille - France
Tél. : +33 (0)3 20 90 74 43
Fax : +33 (0)3 20 90 74 43
Contact

18/12/1997 16:02 16:02 Il y a : 24 année(s)
Catégorie(s) : Autres éditeurs
Auteur : Sophie Deroubaix

La douleur et le droit

Dir. B. Durand, J. Poirier, J.-P. Royer PUF, 1997 ISBN : 2-13-048944-3 Prix : 24,50€ TTC




Dir. B. Durand, J. Poirier, J.-P. Royer
Paris, 1997
PUF
ISBN : 2-13-048944-3
Prix : 24,50€ TTC



Douleurs muettes, douleurs racontées, douleurs vécues... il fallait bien qu'un jour, parmi les nombreuses monographies jalonnant l'approche de la douleur, les juristes viennent apporter leur contribution. Par leur "savoir", ils se situent à tous les maillons d'une longue chaîne comme à ses deux extrémités : la douleur qu'on utilise et cette qu'on répare. Quel a donc pu être leur rapport à une meilleure compréhension, à une définition de la douleur ? La chose était suffisamment osée (et surprenante si l'on en juge par le questionnement amusé des psychiatres intrigués par cet intérêt des juristes) pour que soient réunis dans cette démarche des spécialistes venant d'horizons différents et qu'ait été donné à tous une grande liberté dans l'approche choisie. Un essai en fin de compte, mêlant l'histoire à la jurisprudence la plus récente, passant de la torture à la répression de la barbarie, plongeant dans les traditions africaines ou indiennes comme dans l'approche du droit communautaire le plus moderne, s'interrogeant sur "le coeur des juristes" ou sur "leurs larmes", allant même jusqu'à s'interroger sur l'efficacité des drogues artisanales dont usaient les accusés soumis à la torture judiciaire. Un essai hors du temps, hors des modes, cherchant à concilier la recherche la plus sérieuse et les questions les plus originales, confrontant sociologues, juristes et historiens du droit, universitaires et chercheurs, jeunes chercheurs et leurs anciens, sur un thème associant la douleur, connue de tous et si personnelle, à un art, le droit, qui entend régir le tout et "attribuer à chacun le sien". Un essai enfin, qui n'a pas tout dit mais qui a donné "faim" pour d'autres tables rondes et qui peut tenter un lecteur, pas nécessairement juriste ou historien ou sociologue, mais curieux d'un rapprochement qui n'avait pas encore été fait.