Centre d'Histoire Judiciaire
UMR 8025 CNRS - Université de Lille
Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales 1, Place Déliot
59000 - Lille - France
Tél. : +33 (0)3 20 90 74 43
Fax : +33 (0)3 20 90 74 43
Contact

04/02/2021 16:18 16:18 Il y a : 261 jour(s)
Catégorie(s) : Actualités, Autres éditeurs
Auteur : Sophie Deroubaix

Les échelles du Levant et de Barbarie

Victor Simon 2021 LGDJ ISBN : 978-2-2750-8394-0 Prix : 57,00€ TTC




Victor Simon
2021
LGDJ
ISBN : 978-2-2750-8394-0
Prix : 57,00€ TTC



Au cœur des grandes recompositions géopolitiques de la première moitié du XVIe siècle, François Ier tisse d’étroites relations avec l’Empire ottoman de Soliman. Cette « alliance impie » avec le grand seigneur se prolonge par l’octroi d’importants privilèges commerciaux, désignés sous le terme de capitulations, au profit des sujets du roi de France. En se fondant sur ces textes, des négociants provençaux développent alors des réseaux commerciaux complexes en Méditerranée orientale et en Afrique du Nord. Ceux-ci établissent en effet des maisons de commerce dans les principales cités ottomanes qu’ils qualifient d’échelles du Levant et de Barbarie, comme autant de têtes de pont du négoce européen.
À partir du ministère de Colbert, ce lucratif commerce international est peu à peu envisagé comme un facteur stratégique, permettant de soutenir la puissance de l’État. La monarchie s’insinue dès lors toujours plus loin dans la direction des affaires, en orientant l’activité des marchands au moyen d’une réglementation de plus en plus rigide qui entrave les initiatives individuelles. En réaction, les négociants impliqués dans le commerce méditerranéen formulent des thèses libérales très critiques vis-à-vis de la politique royale. À la confluence du droit international public, de la législation royale et des usages commerciaux, l’histoire juridique des échelles du Levant et de Barbarie est, dès lors, traversée d’insolubles tensions entre milieux d’affaires et grands administrateurs du royaume.

Prix Araxie Torossian de l’Académie des sciences morales et politiques
Prix André Isoré de la Chancellerie des universités de Paris
Prix de l’Association des historiens des facultés de droit
Prix de thèse de l’Université Paris II Panthéon-Assas